7 astuces pour l’apprentissage de la propreté pour les autistes non verbaux

Autisme : 7 astuces pour l'apprentissage de la propreté et des toiletts

Je suis tombée sur cet article d’AutismSpeaks sur l’ apprentissage de la propreté que j’ai trouvé vraiment super, donc je vais essayer de vous en livrer le contenu pour vous expliquer comment des psychologues ont mis en place des stratégies pour aider un enfant autiste, non verbal, à aller utiliser les toilettes.

Il faut savoir qu’il y a plusieurs raisons au fait que les enfants autistes mettent plus longtemps à aller aux WC :

  • Ils apprennent les nouvelles compétences plus lentement que les autres
  • Beaucoup d’enfants ont du mal à briser la routine en place, à savoir par exemple le port de couche-culottes.
  • Leurs aptitudes verbales limitées sont un défi supplémentaire
  • Ils développent fréquemment de l’anxiété en ce qui concerne le fait d’aller aux toilettes.

Certains enfants (suivez mon regard vers le Petit Prince quand il était enfant :D) attendent le bout du bout de la dernière minute de l’ultime seconde avant l’accident avant de signaler qu’ils ont un besoin, et souvent il faut interpréter les signaux : ils piétinent, se touchent l’entrejambe, croisent et décroisent les jambes, sont agités tout d’un coup… Quelle galère !

Alors voici quelques stratégies pour favoriser l’apprentissage de la propreté : 

1/ Utilisez les pictogrammes ! Dessinez ou utilisez des pictos comme ceux-ci pour expliquer la séquence du passage aux toilettes : 

Autisme Pictos Toilettes

Verbalement, ne faites pas de phrases longues et privilégiez les messages clairs :  » C’est l’heure du pot ! » au lieu de « As-tu besoin d’aller aux toilettes ? »

Il est apparemment plus efficace lorsque les parents expliquent verbalement la situation avec un message clair en montrant les pictogrammes tout en guidant immédiatement l’enfant aux toilettes avec peu ou pas de discussion supplémentaire.

2/ Mettez-l’enfant en culotte ! Les couches, c’est super, mais comme elles sont efficaces, l’enfant peut ne pas se rendre compte qu’il a fait. Alors évidemment, il vaut mieux le faire l’été, car les petits accidents sont nombreux au début. Mais ainsi, l’enfant va petit à petit réaliser l’inconfort de l’humidité sur sa peau et associer ce moment à la nécessité d’aller aux toilettes ou au pot.

3/ Ne commentez pas les accidents : ne vous attendez pas à ce que ça marche du premier coup, l’apprentissage est long et sera donc jalonné d’accidents. Dans ce cas là, ne vous étalez pas dessus. Ne grondez évidemment pas l’enfant… mais ne le cajolez pas non plus, ne plaisantez pas, ni rien du tout ! Sinon, vous risquez de renforcer le comportement. Rappelez simplement et brièvement que vous attendez qu’il utilise les toilettes la prochaine fois, puis nettoyez sans faire plus de commentaire.

4/Récompensez le comportement souhaité : identifiez le jeu ou jouet avec qui il aime passer du temps et proposez-lui de jouer avec uniquement en récompense quand il est allé au pot. Il y a fort à parier que si votre enfant ne peut pas obtenir son jouet préféré autrement que de cette manière, il va travailler d’avantage pour l’avoir.

Surtout, n’attendez pas avant de donner sa récompense à l’enfant : il a été constaté que plus l’enfant obtient vite sa récompense, plus vite l’apprentissage de la propreté se fait.

Et n’oubliez pas les supports visuels : à la petite séquence de pictos que vous lui présentez, vous pouvez ajouter le visuel de son jouet à la fin, pour lui montrer qu’il aura sa récompense après le passage au pot.

5/Utilisez les récompenses pour communiquer : si votre enfant a du mal à comprendre les règles (euh… suivez encore mon regard :D) vous pouvez aussi utiliser le système de récompenses. En effet, il va peut-être avoir du mal à comprendre « Si tu vas aux toilettes, tu auras le droit de jouer 5 minutes sur la tablette ». Mais il peut comprendre si vous augmentez les chances de succès et de récompense. Comment ? C’est simple : 

  • Sur une journée, augmentez la dose de boisson, ainsi il y a plus de chance pour que quand vous l’emmenez aux toilettes, il réussisse à faire pipi !
  • Recherchez les moments où votre enfant a un accident : par exemple vous pouvez constater qu’il urine souvent autour de 30 minutes après avoir bu un verre d’eau. Utilisez ces informations pour planifier ses voyages aux WC et optimisez les chances qu’il y fasse pipi.
  • Pensez à donner la récompense immédiatement. Cela augmente les chances que votre enfant fasse le lien entre pipi et récompense.

6/ Encouragez votre enfant à communiquer : il est vraiment important que même les enfants avec des aptitudes verbales limitées puissent exprimer leur besoin d’aller aux toilettes. Quand vous l’emmenez aux toilettes, vous pouvez par exemple lui montrer le pictogramme des WC.

Dans l’idéal vous souhaitez qu’il utilise ce pictogramme quand il a envie, donc au fil du temps, espacez les moments où vous l’emmenez aux toilettes, pour qu’il ressente ce besoin, et qu’il ressente aussi le « soulagement » d’aller aux toilettes quand sa vessie est pleine.

L’enfant sera plus à l’écoute de sa vessie, et il faut alors repérer les signaux qui indiqueront son envie : agitation, regard fixe vers vous… proposez alors le pictogramme et encouragez-le à aller aux toilettes. Récompensez évidemment tous ses efforts pour communiquer !

7/ Demandez de l’aide à un professionnel : si malgré tout, votre enfant n’arrive pas à aller aux toilettes, n’hésitez pas à vous faire aider, par un psychomotricien ou un psychologue par exemple. Parlez-en aux professionnels qui s’occupent de votre enfant.

 

A présent voici quelques ressources que vous retrouverez sur ce blog :

Laisser un commentaire